Ce matin, après le petit déjeuner, une grosse vingtaine de personnes retraitées du cégep de Sainte-Foy sont retournées à l'école. La leçon a débuté par une très brève présentation générale des Filles du Roy puis j'ai abordé leur contribution à l'essor de la démographie de la colonie et à l'émergence du français en Nouvelle-France, deux de leurs irremplaçables legs. Anne LÉPINE et Françoise MOISAN ont pris le relai pour se faire bien connaître et révéler l'intérêt des lignées matrilinéaires ; elles ont réussi à captiver leur auditoire qui a posé beaucoup de questions. Il a fallu quitter sans épuiser les sujets soulevés... Un franc succès !

Anne LÉPINE et Françoise MOISAN, Filles du Roy du contingent de 1663,  étaient personnifiées par Lise HÉBERT et Gabrielle DUSSAULT.

Gérard VIAUD

Quelques photos !

par Lorraine GALLANT

Cliquer sur la photo pour l'agrandir.

Pour voir toutes les photos, cliquer sur ce lien.

Photos par Lorraine GALLANT

Le jeudi 2 mai, deux « jumelées » personnificatrices en 2013 de deux Filles du Roy arrivées à Québec en 1663, sont venues témoigner de leur intérêt pour l’histoire, la généalogie, et dire en quoi consiste une lignée matrilinéaire.

Il faudra bien prendre quelques minutes pour rappeler dans quel contexte la venue de quelque huit cents filles à marier s’est effectuée pour mieux reconnaître les conséquences de cette massive émigration féminine sur le devenir de la Nouvelle-France.

350 ans plus tard, le Québec est-il quitte envers ces Filles du Roy comme les a appelées Sainte Marguerite Bourgeoys ? Est-il conscient de l’héritage qu’elles lui ont laissé là où elles se sont établies sur les deux rives du Saint-Laurent ?

De nombreuses commémorations dans leurs lieux d’établissement seront autant d’occasions de rafraîchir les mémoires tout au long de l’année 2013.

Gérard VIAUD


Retour  : Accueil ⇐ Archives ⇐ Petits-déjeuners 2012-2013