photos RR

Le jeudi 1er octobre à 8 h 30 au restaurant PACINI de Place Quatre-Bourgeois, Marc BOIS nous parlera de la mycologie. Il y aurait 2 933 espèces de champignons au Québec.


La mycologie est l’étude des champignons. C’est une science relativement nouvelle au Québec et c’est une activité qui a pris beaucoup en popularité dans les dernières années. Lors de notre causerie, nous ferons un bref aperçu de l’histoire de cette discipline. Nous discuterons des raisons qui nous amènent à nous y intéresser. Du point de vue écologique, nous verrons l’importance des champignons dans la nature et leurs divers modes de vie. Nous clarifierons les notions de comestibilité et de toxicité et les mythes qui s’y rattachent. Nous parlerons de certains champignons comestibles très recherchés et de quelques cas d’empoisonnements. On exposera les principales méthodes d’apprentissage et les outils pour identifier les champignons. Nous tenterons finalement de prévoir l’importance que prendra la mycologie dans les décennies à venir. Nous terminerons par une foire aux questions.

Marc BOIS

photos RR

Compte rendu

Une quinzaine de membres ont écouté attentivement un vétéran de la mycologie. Marc l’a enseigné pendant 20 ans mais il s’y intéressait dès l’âge de 10 ans grâce à un bouquin de 1 $ publié par Agriculture Canada : Champignons comestibles et vénéneux. Le premier intérêt des amateurs est de distinguer les comestibles des toxiques.

On peut dire qu’il y a deux familles de champignons : les macromycètes (visibles à l’œil nu) et les micromycètes (microscopiques). Les macromycètes, (qu’on appellera champignons) seraient au nombre de 250 000 allant jusqu'à 1,5 millions. Au Québec, il y a en aurait plus de 2 500 dont environ 200 sont comestibles et plus ou moins 200 seraient toxiques.

Les champignons sont un organisme hétérotrope, à cellules binucléées, doté d’une sexualité complexe et d’une double personnalité (sexuée et asexuée). De plus ils ne sont visibles qu’une partie de l’année. Ce sont les fructifications qui sont visibles quoiqu’éphémères et imprévisibles. Ils sont difficiles à identifier car ils sont polymorphes et ont peu de structures à comparer. De plus ils peuvent être cueillis trop jeunes ou trop vieux et ils se détériorent rapidement. Enfin, il manque d’ouvrages solides, les références sont rapidement obsolètes et la nomenclature change rapidement suite à des analyses plus précises.

Au Québec, 41 % des champignons sont non-comestibles et 6 % toxiques et mortels. Il faut toujours vérifier avec un expert avant de consommer des champignons cueillis et vous abstenir d’en manger si vous avez déjà des problèmes de santé. ll vaut mieux prendre le temps de vérifier l’identification d'un champignon sur le site de Mycoquébec ou consulter un des experts.

L’avenir des champignons est prometteur grâce à la recherche. La culture commerciale, la lutte biologique, la décontamination, les engrais naturels, l’extraction de molécule médicinale sont des secteurs en développement. L’identification de l’ADN des champignons et la poursuite de l’inventaire des espèces québécoises devraient permettre d’approfondir nos connaissances de ces organismes vivants.

Vous pouvez consulter ou télécharger la présentation de Marc lors du déjeuner en cliquant sur diaporama (format PDF de 6 Mo).

Merci Marc !


Quelques photos !

photos RR
 

Retour  : Accueil ⇐ Petits-déjeuners ⇐ Petits-déjeuners 2015-2016