Relations humaines d’un Québécois avec des Camerounais

Le jeudi 1er septembre à 8 h 30 au restaurant PACINI de Place Quatre-Bourgeois, Michel CRÉPAULT, à partir de photos, nous fera part de son expérience de relations humaines dans le milieu du travail et dans les temps de loisirs lors de son séjour au Cameroun. En 89-90, il est en effet allé travailler comme appariteur magasinier au Cameroun pour la Société de formation et d'assistance technique internationale (SOFATI). Sous les ordres d’un directeur, il travaillait avec une vingtaine d’employés camerounais comprenant des ouvriers de métiers spécialisés et des manœuvres.


Résumé de la conférence

Devant une vingtaine de membres, Michel a présenté un témoignage de son séjour au Cameroun en 89-90. Il était employé par Sofati qui avait obtenu le contrat de construire six lycées techniques. Une fois la construction terminée, Michel devait nettoyer et monter les magasins scolaires avec des travailleurs locaux. Depuis sa jeunesse, Michel a toujours eu le goût du voyage et de l’aventure. À huit ans, il avait déjà quitté la cour de la maison pour aller sur les quais de Québec. Aussitôt arrivé au Cameroun, il s’est senti dans son élément. Il voulait prendre contact avec les Camerounais, être un Québécois qui travaille comme eux, un camerounais blanc autrement dit et créer une bonne relation avec les ouvriers et les manœuvres. Ses journées de congé, il les a utilisées pour rencontrer les gens, prendre une bière avec eux et échanger. En vacances, il est allé visiter les visiter dans leur village. Un camerounais lui a demandé ses bottes de travail. Michel lui a donné. Le Camerounais les a nettoyées et astiquées. Un mois plus tard, quand Michel l’a revu, il lui a demandé pourquoi il ne portait pas ses bottes. Le Camerounais lui a répondu avec fierté qu’il les portait pour aller à la messe en ajoutant : « Je suis riche ». Victime d’une hernie discale, Michel a dû revenir au Québec après 18-mois. Une fois rétabli, Sofati lui a signifié qu’elle n’avait plus besoin de lui. Selon Michel, certains lycées n’ont jamais été utilisés. De plus l’équipement technique fourni n’était pas toujours adapté au matériel utilisé au Cameroun. Michel a présenté des photos de séjour que vous pouvez visualisé ou téléchargé en cliquant sur montage de photos. (92 Mo)

Merci Michel !


 

Ces photos ne sont pas encore aussi bonnes que celles de Lorraine mais je progresse ! RR