lundi, 17 septembre 2018 ― 10 h 00 à midi
salle : E-604 ― Cégep de Sainte-Foy

Premier livre

Auteur : Yvon RIVARD

 Le dernier chalet 

Langue originale : français
Éditeur : Leméac, 2018
ISBN : 9782760947719
Roman : 208 pages

Deuxième livre

Auteur : Margaret ATWOOD

 C’est le cœur qui lâche en dernier  

Langue originale : anglais
Éditeur : Robert Laffont, 2017
ISBN : 9782221192092
Roman : 450 pages


Format papier Le dernier chalet

  1. Amazon : 22,75 $
  2. Archambault : 23,95 $ moins 10 % les lundis
  3. Renaud-Bray : 23,95 $ moins 10 % les mercredis 

Format papier C’est le cœur qui lâche en dernier

  1. Amazon : 26,96 $
  2. Archambault: 29,95 $ moins 10 % les lundis
  3. Renaud-Bray : 29,95 $ moins 10 % les mercredis

Format numérique C’est le cœur qui lâche en dernier

  1. Amazon (kindle) : 21,95 $
  2. Renaud-Bray : 21,95 $ moins 10 % les mercredis

Bibliothèque de la ville de QUÉBEC

Il faut faire une réservation.


Résumé et note sur Yvon RIVARD

Depuis la rencontre de Marguerite, après des années d’errance entre Françoise et Clara, la vie d’Alexandre est devenue un long fleuve presque tranquille. Maintenant dans la soixantaine, il vient d’acheter dans le Bas-du-Fleuve un petit chalet juché sur les rochers, pour y apprendre à mourir, en écrivant jusqu’au dernier jour qu’il imagine « comme un fruit mûr, lourd de toute une vie, aussi léger qu’un instant ».

Le matin, pendant que Marguerite écrit, Alexandre s’entretient avec Gabrielle Roy, dont il relit Cet été qui chantait, remonte le temps jusqu’aux chantiers de son enfance, et même jusqu’à Tadoussac, où Champlain découvre un nouveau monde, attend son prochain livre en guettant le retour d’un renard dans lequel il a cru reconnaître Jeanne, sa petite-fille. Aspiré par le fleuve qui le tire vers le large, inquiet des êtres chers dont il s’est éloigné, Alexandre n’est plus sûr que sa dernière tâche soit de se retirer du monde et d’écrire, il se demande même si la meilleure façon de vieillir, ce n’est pas d’oublier la mort en aidant les autres à vivre. La réponse lui sera donnée — peut-être trop tard — ce matin-là, lorsqu’il s’apprête à fermer le chalet à la fin de l’automne.

Porté par une prose lumineuse et envoûtante, Le dernier chalet est une méditation romanesque dans laquelle le récit ne se distingue plus de la poésie et de l’essai. Un petit chemin de terre, un grand fleuve, un voyage prenant de bout en bout entre la fin et le commencement du monde.

NOTE: Né en 1945 en Mauricie, Yvon RIVARD est conseiller littéraire et cinématographique. Il a enseigné à l’Université McGill jusqu’en 2008, et a fait paraître plusieurs essais — L’imaginaire et le quotidien (1978), Le bout cassé de tous les chemins (1993 ; prix Gabrielle-Roy), Personne n’est une île (2006 ; prix Jean-Éthier-Blais), Une idée simple (2010), Aimer, enseigner (2012 ; Prix littéraire du Gouverneur général du Canada), Exercices d'amitié (2015) — et romans — Mort et naissance de Christophe Ulric (1976), L’ombre et le double (1979), Les silences du corbeau (1986 ; Prix littéraire du Gouverneur général du Canada), Le milieu du jour (1995 ; Grand Prix du livre de Montréal), Le siècle de Jeanne (2005 ; Grand Prix du livre de Montréal) et Le dernier chalet (2018). (Source : Leméac)

Résumé de C’est le cœur qui lâche en dernier

Stan et Charmaine ont été touchés de plein fouet par la crise économique qui consume les États-Unis. Tous deux survivent grâce aux maigres pourboires que gagne Charmaine dans un bar sordide et se voient contraints de loger dans leur voiture… Aussi, lorsqu’ils découvrent à la télévision une publicité pour une ville qui leur promet un toit au-dessus de leurs têtes, ils signent sans réfléchir : ils n’ont plus rien à perdre.

À Consilience, chacun a un travail, avec la satisfaction d’oeuvrer pour la communauté, et une maison. Un mois sur deux. Le reste du temps, les habitants le passent en prison… où ils sont également logés et nourris ! Le bonheur. Mais le système veut que pendant leur absence, un autre couple s’installe chez eux avant d’être incarcéré à son tour. Et Stan tombe bientôt sur un mot qui va le rendre fou de désir pour celle qui se glisse entre ses draps quand lui n’y est pas : « Je suis affamée de toi. »

Avec C’est le cœur qui lâche en dernier, Margaret ATWOOD nous livre un roman aussi hilarant qu’inquiétant, une implacable satire de nos vices et travers qui nous enferment dans de viles obsessions quand le monde entier est en passe de disparaître. (Source : Laffont)

 

 

Vers le haut