lundi, 17 décembre 2018 ― 10 h 00 à midi
salle : E-604 ― Cégep de Sainte-Foy

Auteur : Dominique FORTIER

 Les villes de papier 

Langue originale : français
Éditeur : Alto, 2018
ISBN : 9782896943906
Roman : 192 pages


Format papier

  1. Amazon : 20,66 $
  2. Archambault : 22,95 $ moins 10 % les lundis
  3. Renaud-Bray : 22,95 $ moins 10 % les mercredis 

Format numérique

  1. Amazon (kindle) : 14,99 $
  2. Renaud-Bray : 14,99 $

Bibliothèque de la ville de QUÉBEC (Format papier et numérique)

Sur réservation.


Résumé

Si, comme elle l'écrit, l'eau s'apprend par la soif et l’oiseau par la neige, alors Emily Dickinson, elle, s’apprend par la mer et par les villes. Figure mythique des lettres américaines, celle que l’on surnommait « la dame en blanc » demeure encore aujourd’hui une énigme. Elle a toujours refusé de rendre sa poésie publique et a passé les dernières années de sa vie cloîtrée dans sa chambre ; on s’entend pourtant maintenant à voir en elle un des écrivains les plus importants du dix-neuvième siècle. Les villes de papier explore son existence de l’intérieur, en mode mineur, à travers ses livres, son jardin et ses fantômes. Autour de moments de la vie d’Emily, Dominique FORTIER trace un roman à la fois grave et cristallin, et nous offre une réflexion d’une profonde justesse sur les mondes qui nous construisent, sur les lieux que nous habitons et qui nous habitent aussi.

Note

Après un doctorat en littérature à l’Université McGill, Dominique FORTIER exerce les métiers de réviseure, de traductrice et d’éditrice.

Elle a traduit une quinzaine d’ouvrages littéraires et scientifiques, dans des disciplines aussi diverses que les sciences politiques, la linguistique et la botanique. Elle collabore avec François RICARD, Jane EVERETT et Sophie MARCOTTE à l’édition de textes inédits de Gabrielle ROY, dont Le Temps qui m’a manqué, et à l’édition définitive des œuvres de la romancière dans la collection du Centenaire aux éditions du Boréal.

Elle construit depuis une dizaine d’années une œuvre singulière, au confluent de l’Histoire et de l’imaginaire. Son premier roman, Du bon usage des étoiles (2008), a reçu le prix Gens de mer du festival Étonnants Voyageurs de Saint-Malo, repris en France par la Table ronde (2011) et Phébus Libretto (2013), suivi de Les Larmes de saint Laurent (2010), de La Porte du ciel (2011) et Au péril de la mer a été couronné par le Prix littéraire du Gouverneur général en 2016. Les villes de papier est son sixième livre.

Elle partage son temps entre Outremont, au Québec, et Scarborough (Maine).

SOURCE : Wikipedia

 

 

Vers le haut