Le faux à la place du vrai ou l’ère de la post-vérité

L’Agence Science-Presse est un média indépendant, à but non lucratif, fondé à Montréal en 1978. Sa mission est d’alimenter les médias en nouvelles scientifiques. Elle est la seule agence de presse scientifique au Canada et la seule de toute la francophonie qui s’adresse aux grands médias plutôt qu’aux entreprises. Bien avant qu’on parle de fausses nouvelles et de faits alternatifs, l’Agence s’est régulièrement fait un devoir de publier des reportages et des billets de blogue sur la désinformation et les pseudosciences. L’Agence a été au coeur d’une initiative québécoise de promotion du journalisme scientifique, baptisée #100lascience, en 2016. Et cette même année, elle a lancé ce qui est à notre connaissance le premier site de vérification des faits (fact-checking) sur la science en français, le Détecteur de rumeurs.

Pour les nouvelles en général, vous pouvez consulter le site Les décodeurs du journal Le Monde.

Depuis 2014, des chercheurs européens travaillent au développement d’un système, appelé Pheme, (du nom de la déesse grecque de la renommée) capable d’identifier automatiquement et en temps réel les fausses informations qui se propagent via les réseaux sociaux. Vous pouvez lire l’entrevue faite avec un chercheur italien et publiée dans Le Devoir en juillet 2017.

La terre est plate ?

Depuis 2 500 ans, philosophes et scientifiques occidentaux et musulmans ont démontré avec des preuves variables que la terre était ronde. Au Moyen Âge, s’appuyant sur une lecture littérale de la Bible, des religieux ont défendu l’idée que la terre était plate mais les données de la science ont réussi à éliminer cette idée.

Si vous êtes patients, vous pouvez voir la terre à cette adresse… mais attention, ça vient de la NASA !

Au XXIe siècle, certains ont eu une révélation : la terre est plate. Ils organisent un Congrès international à Edmonton


Les faits alternatifs

Le linguiste Lionel MENEY souligne le côté équivoque de l'expression : « (le terme "alternatif") est largement entré dans l'usage. Donc l'expression " faits alternatifs" n'est pas à rejeter absolument, à moins d'être très puriste. Maintenant, si l'on veut faire comprendre de quoi il s'agit, on peut dire que ces "alternative facts" sont des "faits qui infirment" ce que les medias ont dit, des "faits opposés" à ceux des medias, des "faits en contradiction avec" ce qu'ont dit les médias, d'"autres faits". Ce sont, en quelque sorte, des "contre-faits". Mais, par son côté équivoque, l'expression est assez amusante dans la mesure où les "contre-faits" ont peut-être été "contrefaits"… »

Exemple : la gestion de l’offre

Durant les campagnes à la chefferie des partis politiques fédéraux, tant libéral que conservateur, nous avons entendu parler de la gestion de l’offre comme étant un fardeau pour les consommateurs canadiens. Il semble qu’il serait plus avantageux pour les acheteurs de se fier uniquement aux lois du marché au lieu de faire vivre de petits agriculteurs. Qui dit vrai ? Lisez une analyse des faits.

Exemple : des runeurs deviennent des faits

Les rumeurs peuvent devenir l’équivalent des faits : la NASA a été obligée de démentir l’exploitation d’enfants sur la planète Mars. Qui dit vrai ?

Point de vue sur la source du terrorisme islamique

Karim MOHSEN présente sa vision des origines du terrorisme islamique actuel dans un article publié dans L'Expression, quotidien généraliste algérien en langue française. Karim MOHSEN serait un journaliste et non un artiste.


Retour : Accueil ⇐ Conférences ⇐ Société