Rechercher dans ce site

Évaluer dans un contexte d’approche par compétences

Les activités d’évaluation sont élaborées en concordance avec les activités d’apprentissage qui permettent à l’étudiant de faire la démonstration de l’intégration de ses apprentissages. Pour bien tenir compte de cette approche, les activités d’évaluation doivent être cohérentes, pertinentes et réalistes. Il convient, par ailleurs, de s’assurer que les étudiants sont évalués de façon équitable.

Pour en savoir plus sur les caractéristiques des activités d’évaluation, consultez les réponses aux questions suivantes.

Qu’est-ce qu’une activité d’évaluation cohérente?

Une activité d’évaluation cohérente s’articule logiquement aux activités d’apprentissage. Elle tient compte :

  • de la PEA (particulièrement la section 5);
  • des règles départementales particulières qui balisent l’évaluation;
  • du devis du cours;
  • de la séquence des apprentissages prévue au cours (voir la rubrique Planifier un cours).

Qu’est-ce qu’une activité d’évaluation pertinente?

Une activité d’évaluation pertinente donne du sens aux apprentissages des étudiants. Elle se situe à des étapes charnières du processus d’apprentissage qui ont permis aux étudiants de réaliser des apprentissages significatifs. Certains principes permettent d’assurer la pertinence d’une activité d’évaluation :

  • l’adéquation du type d’évaluation aux objets évalués;
  • la pertinence du moment choisi pour évaluer des apprentissages significatifs;
  • la correspondance entre la tâche demandée aux étudiants et le niveau des apprentissages réalisés.

Qu’est-ce qu’une activité d’évaluation réaliste?

L’évaluation des apprentissages doit être réaliste, tant pour vous que pour les étudiants. Une activité d’évaluation réaliste tient compte :

  • du temps de planification et de préparation requis tant pour le professeur que pour les étudiants;
  • du temps d’études exigé des étudiants;
  • du temps alloué aux étudiants pour s’exécuter entièrement à la tâche;
  • de la cohérence entre la pondération de l’activité et l’objet d’évaluation;
  • du contexte dans lequel les étudiants sont placés pour effectuer la tâche demandée;
  • de la disponibilité des ressources pour réaliser l’activité.

Comment viser l’équité dans les pratiques d’évaluation?

Les pratiques d’évaluation doivent permettre de juger de la performance des étudiants de façon équitable, tant ceux d’un même groupe que ceux des différents groupes d’un même professeur ou de ceux qui suivent le même cours donné par plusieurs professeurs.  

Pour assurer un traitement équitable aux étudiants d’un même groupe :

  • les étudiants sont placés dans des conditions semblables qui permettent le développement des compétences du cours;
  • les apprentissages sont évalués de façon semblable;
  • les exigences sont les mêmes d’un étudiant à l’autre;
  • les étudiants sont renseignés sur les modalités de l’évaluation (objets, moment, critères d’évaluation et pondération de ces critères) au moins une semaine avant l’activité d’évaluation.

Même dans le cadre d’un travail d’équipe, il est nécessaire de prévoir un processus d’évaluation qui valide les apprentissages et rend compte des capacités de chacun des étudiants face à la tâche. Cela permet à chacun d’obtenir une note individuelle qui reflète vraiment ses acquis.

Pour assurer un traitement équitable pour les étudiants qui suivent le même cours avec des professeurs différents, il est nécessaire d’avoir une concertation entre les professeurs de l’équipe-cours. Cette concertation doit permettre aux professeurs de témoigner de l’équivalence des modes et instruments d’évaluation auxquels ils ont recours, sans qu’il soit nécessaire de viser l’uniformité des pratiques évaluatives.  

En vue de se concerter, voici les aspects à considérer :

  • les objets d’évaluation (sur quoi porte l’activité?);
  • le type et le nombre d’activités d’évaluation que les étudiants auront à réaliser pour témoigner de l’intégration de leurs apprentissages;
  • la pondération des activités d’évaluation dans le cours;
  • les critères d’évaluation et leur application;
  • la pondération associée aux critères d’évaluation et les seuils de réussite (exigences) pour chacun de ces critères;
  • le contexte de réalisation des activités d’évaluation.

À partir de cette concertation, on peut arriver à des balises claires mais souples que l’équipe-cours pourra appliquer. « À titre d’exemple, on pourra déterminer pour un cours donné que les examens sont au nombre de 2 ou 3 et que la pondération totale correspondant à ces examens varie entre 60 et 70 % de la note finale. » (PEA, p. 6).

Pour en savoir plus, consultez :
La section 5 et la section 6.2 de la PEA

Avez-vous trouvé l'information que vous cherchiez?

Vos commentaires et suggestions nous permettront d'améliorer le contenu de notre site. Écrivez-nous. 

babillardpedagogique@cegep-ste-foy.qc.ca