Sujets de rédaction pour construction de tableaux de repérage

1)    Dans « Je suis un fils déchu », le poète ne fait que glorifier le passé. Cet énoncé est-il juste ?

2)   Dans le conte « La dernière classe » [d’Alphonse Daudet], a-t-on raison d’affirmer que le maître nourrit davantage le sentiment de culpabilité que le patriotisme ?

3)  Peut-on dire que les personnages de Don Juan et de Jodoin sont aussi habiles l’un que l’autre à parvenir à leurs fins ?

4)   Dans les poèmes « Mon rêve familier » [de Paul Verlaine] et « Beauté cruelle » [d’Émile Nelligan], est-il juste d’affirmer que la représentation de l’amour est similaire ?

5)  Dans l’extrait de La femme du boulanger [de Marcel Pagnol], l’expression des sentiments des personnages se fait uniquement par des détours. Discutez.

6)    Peut-on dire que, dans les extraits de Messieurs les enfants [de Daniel Pennac] et de Une enfance à l’eau bénite [de Denise Bombardier], l’exercice de l’autorité vise d’abord à humilier les enfants ?

7)   Est-il juste de dire que les poètes expriment plus la tristesse que la joie dans les poèmes « La romance du vin » [d’Émile Nelligan] et « Accompagnement » [de Hector de Saint-Denys Garneau] ?

8)    Dans l’extrait de Les mains d’Edwige au moment de la naissance, la vie n’est que désespérance. Cette affirmation est-elle juste ? 

9)    La vengeance fait du père Milon un criminel plutôt qu’un héros [dans Le père Milon de Guy de Maupassant]. Discutez.

10) Peut-on dire que, dans les textes présentés [un extrait de Le survenant de Germaine Guèvremont et le poème « Premier sourire du printemps » de Théophile Gautier], les auteurs célèbrent la venue du printemps de façon semblable ?